trouver des excuses

Pourquoi sommes-nous les champions des excuses ?

S’il y a bien une chose où la majorité d’entre nous excelle il s’agit bien des excuses. Non pas des excuses pour dire à quelqu’un que nous sommes désolé mais des raisons qui justifient notre inaction.

Les excuses du type « je n’ai pas le temps »

Celles-ci sont de loin les plus fréquentes. Lorsqu’on vous demande pourquoi vous ne faites pas telle ou telle activité supplémentaire qui vous tient à cœur, les réponses sont souvent les suivantes :

Je n’ai pas le temps avec mon boulot. Je n’ai pas le temps car j’ai des enfants. Je n’ai pas eu le temps car j’ai eu un imprévu ce jour-là, etc. Savez-vous que nous sommes en 3 ème position européenne dans l’utilisation des réseaux sociaux. Comment se fait-il que nous ayons autant de temps pour ça ? Les réseaux sociaux nous font perdre un temps fou lorsque nous souhaitons avancer sur un sujet. Les notifications et incitations aux jeux divers sont omniprésentes. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont été banni de la plupart des grandes entreprises. Cependant, les salariés ont tout de même leur outil fétiche qu’il est bien difficile d’interdire : le smartphone. Tout ceci n’entre bien entendu pas en compte lorsque l’on dit qu’on a pas (ou pas eu) le temps de faire ci ou cela.

Vérifiez désormais la vraie raison pour laquelle vous n’avez pas le temps et vous serez grandement surpris.

Les excuses du type « procrastination »

Celle-ci correspond à la phrase : « je le ferai plus tard, ne t’inquiète pas ». Si c’est quelque chose que vous pouvez faire immédiatement et que vous me dites cela, personnellement je m’inquiète aussitôt. La procrastination ou « l’art de remettre au lendemain » est aussi l’une de nos excuses phare pour ne rien faire. Non seulement vous remettez à une date ultérieure mais quand cette date arrivera, l’excuse n°1 surgira à nouveau : « désolé, je n’ai pas eu le temps…' »

C’est un véritable cercle vicieux dans lequel nous tournons sans cesse pour accomplir une seule chose : rien.

Il y a tout de même pas mal de techniques permettant d’y remédier, j’en parle davantage dans l’article suivant : comment arrêter la procrastination.

Les excuses du type « amnésie »

S’il y a un phénomène qui est assez étrange chez nous, c’est la perte de mémoire subite lorsqu’une tâche qui nous déplait nous a été demandée. Mince ! Désolé, je t’ai oublié. Désolé, j’ai oublié de faire ceci ou cela… Nous sommes tellement motivés pour faire ce que l’on nous a demandé que notre cerveau oublie tout (ou fait semblant d’oublier).

Cela se vérifie aussi lorsque c’est une tâche que nous devons faire nous même. Nous avons oublié.

Cette excuse est un peu moins fréquente que la première mais nous l’utilisons tout de même énormément.

Les excuses, ça suffit !

Maintenant que vous comprenez mieux à quel point nous nous défilons, comment passer réellement à l’action ? Voici ce que vous pouvez faire. Notez toutes les excuses que vous avez sur un carnet ou votre téléphone. Faites-en sorte de compter celles que vous utilisez le plus. Mon petit doigt me dit déjà que la première sera très fréquente.

Pour ma part, j’en utilise aussi souvent mais lorsque je m’en rends compte, je me remets en selle rapidement. Par exemple, j’aurais pu dire que je n’ai pas trouvé le temps d’écrire cet article que j’ai commencé chez moi ce matin car je suis à l’extérieur.

Et alors ?

Rappelez vous, nous pouvons travaillez n’importe où grâce aux Smartphones… 

Ensuite, si vous voulez vraiment y arriver avec des exemples concrets de personnes qui ne se défilent pas devant des excuses, vous pouvez téléchargez livre « L’art de passer à l’action » à la fin de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *